CDJ 01 : Yagate Kimi ni Naru BD 1

CDJ 2019 01
Reçu en toute fin d’année, je l’ai gardé au chaud histoire de pas le révéler… même si c’était sûr à 100% que j’allais acheter cette série adaptée d’un de mes manga préféré du moment : Yagate Kimi ni Naru, aussi connu sous le nom Bloom Into You. 4 volumes sont prévus au total, le dernier sortant fin mars.

Entre ma pause et la reprise il s’est écoulé bien du temps et du coup j’ai pu prendre le temps de regarder la série, qui est une très bonne adaptation du manga. Comme celui-ci n’est pas terminé, cette saison ne va pas non plus jusqu’au bout. Il reste beaucoup derrière encore, et de mémoire il me semble avoir lu que la mangaka disait en avoir encore jusqu’en 2020. Ce qui est logique vu qu’actuellement au lieu d’aller directement sur la conclusion elle fait pas mal de chapitres qui étoffent les autres personnages. C’est assez frustrant parfois selon où s’était arrêté le précédent mais ça reste intéressant.

La release BD de cette série, présentée plus en détail sur sa page Yagate Kimi ni Naru, consiste donc d’une Box illustrée par la mangaka dans laquelle on retrouve un digipack illustré par le chara-designer ainsi qu’un livret de 48 pages avec les classiques résumés des épisodes, présentation des dessins des personnages, lieux et décors, et deux interviews : une de Takada Yuuki et Kotobuki Minako (seiyuu de Yuu et Touko) et une autre de Katou Makoto et Nakatani Nio (réalisatrice et mangaka). On a aussi le storyboard de l’épisode 1, bien dessiné d’ailleurs (j’en ai plusieurs et certains sont très schématiques) et un poster A3 transparent firstpress pour l’achat chez CDJapan.
Côté bonus vidéo, on retrouve un digest de la première de la série et deux commentaires audio.


Au niveau de l’histoire de Yagakimi, on suit donc principalement Yuu, qui rêve de l’amour comme dans les manga mais ne ressent pas ce qu’elle attend lors d’une confession et du coup pense ne pas pouvoir aimer. Elle accroche l’œil et l’intérêt amoureux de Nanami Touko, membre du conseil des élèves avant d’en devenir la présidente, ce qui surprend Yuu qui pensait qu’elle était dans la même situation qu’elle vu qu’elle rejetait toutes les confessions qui lui étaient faites.

L’histoire tourne donc autour de leur relation et de la découverte et compréhension de leurs sentiments, mais aussi de la compréhension et de l’acceptation de soi. Les personnages sont nombreux et intéressants dans leurs débats et démons intérieurs, chacun a son rôle à jouer, le joue bien et nous surprend souvent.
On n’est pas sur une série où tout n’est qu’une phase pour les personnages qui iront joyeusement dans une relation “normée” après l’école. Comme dans Aoi Hana, des personnages homosexuels sont bien établis et on a la présence d’un couple adulte stable (et aussi très fun). Reste toujours (comme dans Aoi Hana) des personnages de ce type, mais la principale est remise à sa place par Sayaka et ça fait plaisir.

Le point où coupe l’anime est un moment clé de la relation Yuu/Touko. Tous les personnages et leurs rôles sont posés, Sayaka est bien présente, la relation adulte bien introduite… tout est en place pour une saison deux en somme.
Reste à voir si les ventes seront suffisantes pour justifier sa production dans une paire d’année. J’espère. Parce que qu’elle que soit la conclusion je serai partant au vu du voyage vers celle-ci : )

Au niveau de la série en elle-même, j’ai mis un peu de temps à m’habituer aux voix (le trailer ci-dessus m’avait laissé dubitatif) sauf à celle de Sayaka qui évidemment était parfaite (Kayano Ai ♡) mais après ça allait. En même temps je mets aussi ça sur le fait que je n’avais quasiment pas regardé de série de l’année donc mon oreille s’était déshabituée du japonais.
Côté animation et réalisation par contre c’est un plaisir, vraiment beau. Quelques baisses parfois mais on a vu pire, beaucoup de choses sont traitées très subtilement (il y a beaucoup à lire entre les lignes dans certains plans), les OP/ED sont absents quand nécessaire et c’est aussi une série où il ne faut pas couper dès que l’ED arrive en pensant qu’il n’y a rien derrière.

Ne reste qu’à attendre la conclusion du manga (j’attends chaque nouveau chapitre avec impatience) et à espérer une suite de l’anime après : )

2 thoughts on “CDJ 01 : Yagate Kimi ni Naru BD 1”

  1. Je réfléchissais justement à ouvrir un topic sur cet anime sur le forum, car j’ai pas mal de choses à en dire, et j’ai vu que tu étais très fan. Du coup, plus besoin maintenant, car je vais pouvoir donner mon avis ici directement :)

    Pour commencer, je précise que je n’ai jamais lu le manga, du coup j’ai découvert Bloom into You avec l’animé. Vu comment beaucoup de monde en était très enthousiaste, je l’attendais avec une certaine impatience, histoire aussi d’oublier ce désastre de Citrus…

    J’ai fini récemment les 13 épisodes que composent l’animé, et je vais être honnête : j’ai eu beaucoup de mal à accrocher.

    Déjà, je pense que le problème est venu pour moi dès le premier épisode : cette confession improbable de Touko, venue de nulle part, à une incrédule Yuu qui n’a strictement rien demandé, et qui ne ressent absolument pas la même chose pour elle.

    Je suis juste restée complètement dubitative face à cette scène improbable.

    D’un côté, on a Touko qui lui révèle qu’elle est amoureuse d’elle, alors qu’elle la connaît à peine, et surtout, elle ne veut pas que Yuu tombe amoureuse d’elle en retour. (Niveau logique, j’ai rien compris à ce stade.)

    De l’autre, on a Yuu qui ne sait pas ce qu’est l’amour, et qui n’a jamais éprouvé ce sentiment, et qui pourtant, au lieu de rejeter Touko clairement, accepte sa confession de façon étonnamment… calme.

    C’est ce postulat de départ, improbable et étrange à mes yeux, qui fait que j’ai vraiment eu du mal à accrocher au reste de la série.

    Et pourtant, je reconnais à cet animé des qualités. L’animation est bonne, l’op et l’ed sont vraiment très agréables, certains persos secondaires sont vraiment attachants (notamment le couple formé par la prof et sa copine, ou Sayaka, la grande perdante de cette équation amoureuse).

    Mais à un aucun moment je n’ai réussi à croire à ce ‘couple’ principal formé par Yuu et Touko.

    Yuu, indépendamment, est un personnage plutôt attachant, même si certaines de ses réactions vis à vis de Touko frisent à mon goût le ridicule et l’incompréhensible. Pourquoi accepte-t-elle si facilement de se laisser embrasser (et de façon très poussée à un certain épisode !) par Touko, alors qu’elle ne ressent rien pour elle ? Est-ce vraiment le genre de choses qu’on peut faire juste pour faire ‘plaisir’ à quelqu’un ? Je ne crois pas, du coup, tous ces passages d’intimité entre elles m’ont rendu plus mal à l’aise qu’autre chose.

    Quant à Touko, je n’ai pas réussi à lui trouver beaucoup de qualité. Je l’ai trouvé très égoiste. Elle profite tout de même de l’extrême gentillesse de Yuu pour faire d’elle ce qu’elle veut, intimement parlant, ce qui n’est pas très moral, il faut bien l’avouer. De plus, son obsession pour sa grande soeur décédée devient vite pesante, ainsi que son côté ‘je ne veux pas qu’on m’aime, parce que je m’aime pas non plus’. Bizarrement, ça l’empêche pas pourtant de vouloir se rapprocher de Yuu dès qu’elle en a l’opportunité.

    Pour tout avouer, mon personnage préféré a été Sayaka.  Celle qui a été rejetée comme une vieille chaussette par le passé par sa petite copine. La fidèle amie qui reste aux côtés de Touko, pour qui elle continue d’en pincer, malgré le fait que cette dernière n’en a rien à faire d’elle et n’a d’yeux que pour Yuu. J’ai trouvé ce personnage tellement attachant et touchant, que mon épisode préféré est clairement celui qui lui était consacré.

    Je crois que c’est bien la première fois que je regarde un anime yuri où je n’ai pas spécialement envie de voir les deux protagonistes principales finir ensemble. En tant qu’amies, je n’ai pas de soucis avec. Mais pour former un jour un couple, il va falloir que l’auteur fasse des miracles. Car ni le postulat de départ plus qu’étrange, ni la personnalité relativement antipathique de Touko aide à vouloir croire à ce couple.

    Bien sûr, ceci n’est que mon avis personnel, et je suis donc très curieuse de connaître ton point de vue !

     

     

    Reply
    • Désolé pour la réponse tardive, j’espère qu’elle en vaudra la peine ^^;
      J’ai quand même bien fait de prendre mon temps pour terminer de relire la partie adaptée parce que des choses que je pensais plus loin étaient là. J’ai regardé la série en “deux” fois (ep 1 à 5 au moment des sorties puis le reste après la sortie du dernier) avec la lecture du manga en même temps donc ça se mélangeait un peu.

      Alors de ce que je vois rapport à ta réaction sur certaines choses, l’un des problèmes est le point d’arrêt de la série. Pour les lecteurs du manga ça peut être un bon point parce que ça marque un tournant (du moins moi je le vois comme ça). Par contre pour les autres ça s’arrête avant le début de cette fameuse pièce de théâtre qui est cruciale et la nouvelle fin n’est pas réellement présentée, bien que la “répétition” dans le dernier épisode (scène originale) donne des indices. Mais le moment clé est plus la réaction de Touko face à ces changements et aussi le vrai pourquoi de ces changements.
      Mais il faut faire avec ce qui a été montré.

      D’un côté, on a Touko qui lui révèle qu’elle est amoureuse d’elle, alors qu’elle la connaît à peine, et surtout, elle ne veut pas que Yuu tombe amoureuse d’elle en retour. (Niveau logique, j’ai rien compris à ce stade.)

      De l’autre, on a Yuu qui ne sait pas ce qu’est l’amour, et qui n’a jamais éprouvé ce sentiment, et qui pourtant, au lieu de rejeter Touko clairement, accepte sa confession de façon étonnamment… calme.

      C’est ce postulat de départ, improbable et étrange à mes yeux, qui fait que j’ai vraiment eu du mal à accrocher au reste de la série.

      Je peux tout à fait comprendre rapport au postulat. Après je suis du type curieux à vouloir comprendre pourquoi donc bon, ça ne m’a pas plus dérangé que ça (même si ça fait un moment que je lis le manga, je l’avais pris en cours donc c’était différent).

      Après y’a pas trop à comprendre : au fond et malgré ses refus de sortir avec ceux qui se confessent à elle, elle veut certainement une relation.
      Et le pourquoi de choisir Yuu : c’est justement parce que celle-ci ne peut rien ressentir.
      Si Touko refuse les autres, c’est parce qu’ils sont sous le charme d’une “image” d’elle, soit qu’ils se font, soit qu’elle projette. Et elle sait ça, et elle n’aime pas ça parce que (et ça tu n’aimes pas) elle ne s’aime pas. Mais vraiment. Elle ne veut pas qu’on connaisse sa vraie personnalité mais est suffisamment consciente du fait qu’elle est “fausse” pour ne pas accepter les autres.
      Après elle n’arrive pas à comprendre certaines choses sur elle-même notamment le fait que sa persona générale et celle qu’elle montre à Yuu sont ce qui la font.

      Yuu de son côté est du type à se laisser entrainer/pousser, sans penser à elle. C’est assez illustré dans l’épisode où Natsuki (qui jouait au softball avec elle) dit ne pas lui avoir demandé de venir dans le même lycée qu’elle pour poursuivre le softball parce qu’elle savait qu’elle aurait accepté. Elle aurait voulu que Yuu le décide elle-même. D’ailleurs si tu te souviens bien, Yuu avait été “poussée” à jouer au softball aussi.

      Et après, le gros problème de Yuu est qu’elle pense ne rien pouvoir ressentir. Elle pense être comme Maki, mais il voit bien qu’ils sont différents. Lui ne peut rien ressentir et en plus ne veut pas être impliqué dans une relation. Il ne se sent pas seul alors que Yuu ressent une solitude, un besoin.
      Comme tu dis, elle ne sait pas ce qu’est l’amour et n’est jamais tombé amoureuse. Elle attend que ça arrive comme dans un manga, mais assez ironiquement j’ai lu un truc vrai dans un autre manga où une mangaka disait à deux autres “Manga aimed at girls is meant to be packed with sparkly ideals”, tout en disant que l’expérience réelle est plus une gène. Ce qui n’est pas faux.
      La chose que je pense on ne peut vraiment voir qu’au bout d’un moment et avec relecture, c’est que dès le départ Yuu tombe amoureuse de Touko, mais ne s’en rend pas compte de part sa personnalité. Elle ne s’en rend compte que plus tard et prend la décision d’agir encore plus tard, au moment où elle décide de demander à changer la fin de la pièce. C’est très progressif je trouve, d’où le titre : Bloom Into You.
      Le passage après l’event sport t’a gêné mais moi ce que j’en ai retenu c’est le fait que Yuu ne voulait pas initier. Parce qu’inconsciemment elle s’est rendue compte qu’initier serait accepter quelque chose qu’elle n’est pas prête à assumer. Par contre elle est tellement poker face que Touko ne s’en rend pas compte. Et il y a plusieurs moment où elle cache certaines de ses réactions à Touko.
      Qui n’est pas complètement dupe vu qu’elle lui rappelle de ne pas tomber amoureuse d’elle.

      Côté obsession de Touko pour sa sœur, ça ne vient pas complètement d’elle. Doit y avoir un brin de culpabilité (vu la scène, je me dis que moi j’aurais pensé qu’autant rien ne serait arrivé si ça avait été moi qui soit allé faire les courses) mais certains membres de sa famille y sont aussi pour beaucoup. Et le problème aussi vient du fait que sa sœur était idéalisée, par elle, mais aussi par sa famille. Seul son père essaie de lui faire comprendre qu’elle n’a pas à faire ça, mais c’est trop tard.
      Et elle se prend une sacré baffe “réalité” quand elle demande à la personne qui les aide pour la pièce et qui était dans le student council avec sa sœur comment elle était. Dans sa course pour l’égaler, elle l’a dépassée depuis bien longtemps et ça lui fait mal d’apprendre ça.
      Pour son égoïsme, oui elle l’est clairement, et je ne pense pas qu’elle s’en cache de Yuu.

      Niveau Sayaka, j’avoue qu’au début j’étais pas trop fan d’elle mais elle évolue bien elle aussi. Ses interactions avec Yuu ou la copine de la prof sont souvent marrantes et le dernier chapitre du manga sorti (37) la voit faire quelque chose d’important et qui va dans tous les cas redéfinir sa relation avec Touko.
      Par contre maintenant que j’y pense, je sais pas si c’est par rapport aux persos mais je trouve marrant que tu ne trouves rien à redire sur le “coup de foudre” de Sayaka pour Touko (c’est clairement ça lorsqu’elle lui passe devant à l’assemblée) mais que tu aies autant à redire sur Touko face à Yuu ^^;
      Parce qu’on a l’impression qu’elles se connaissent depuis longtemps mais en fait ça fait juste un an.

      Pour terminer, personnellement, je suis pour le Yuu/Touko. Parce que j’ai vu les sentiments de Yuu pour Touko “éclore en elle”. Parce que tout un tas d’autres raisons en spoiler ci-dessous.
      Parce que je l’ai vue se confesser, parce que je l’ai vu croire à un rejet direct parce qu’elle a mal compris le “I’m sorry” de Touko. Parce que la raison de ce “I’m sorry” est une soudaine compréhension de Touko face à beaucoup de choses concernant Yuu. Parce que les deux réfléchissent de leur côté et parce que je vois Yuu malheureuse.
      Je ne vois pas Touko accepter la confession de Sayaka (sinon ça ça sortirait de Dieu sait où) mais je veux les voir rester amies.
      Et je veux que Touko prenne ses responsabilités face à Yuu. Qu’elle assume et se décide. Mais pour ça il faut qu’elle accepte que Yuu ait changé et qu’elle s’accepte elle aussi.

      Après je pense qu’il faut donner une chance au manga, ne serait-ce que pour prendre son temps à la lecture, pour voir la transformation de Yuu, pour la side-story de la prof qui mène à sa relation actuelle (ch 36.5 si tu ne veux que ça), et pour le chapitre aussi très important à mes yeux où la sœur de Yuu comprend ce qui se passe et décide intérieurement de la soutenir le moment venu.

      Voilà. J’espère que ce pavé aura valu le temps de lecture…
      Sinon désolé ^^;

      Reply

Leave a Comment

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.